Portfolio

 

Galerie Photos N°1

COMÉDIENS ET COMÉDIENNES

Il s’agit là de mes premières armes pour affronter ce grand monde du spectacle auquel j’aspirais à appartenir et qui en même temps me paniquait. Je me suis mêlé aux chasseurs(euses) d’autographes qui se pressaient aux sorties de loges en fin de spectacle. Peut-être étais-je un peu différent d’eux car j’ai vu chacune des pièces dont j’ai photographié les acteurs. Sans doute avais-je un peu plus de chance car ils ont tous accepté de m’accorder quelques minutes.

Je les photographiais presque à la volée sur le pas de la porte ou à leur table de maquillage ou simplement parfois au moment de leur dire au revoir. Ensuite, lors d’une autre visite, j’offrais à chacune et chacun d’entre eux un des deux tirages noir et blanc originaux que j’avais réalisés moi-même sur mon agrandisseur Durst M605. Le format des tirages était invariablement 30×40 cm, avec marges blanches. Sur du papier baryté exclusivement de marque ILFORD ou TETENAL.

Les images sans dédicace n’ont pu être offertes. Les photos sont distribuées, dans le port folio ci-dessous, dans un ordre faussement aléatoire.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Galerie Photos N°2

ROSPI – Regard  Ordinaire Sur un Point d’Infini

L’idée est de faire découvrir au travers de ces images les parcours empruntés et les travaux effectués, durant 7 ans, pour ce projet de réalisation (sans doute atypique) d’un film de long métrage d’animation.

En mai 2004 naissaient les premières ébauches d’une histoire oscillant entre essai et conte philosophique.

Le film est en devenir. Toutes ces années ont permis l’élaboration des fondations devant servir au premier tour de manivelle.

Ainsi ont été entrepris et/ou conçus : quelques versions de l’histoire, les 8 décors d’intérieurs, les 5 marionnettes, plus de 20 costumes pour ces 5 petits personnages, d’innombrables éléments de décors en dur mais aussi en tissus, tels que rideaux, coussins, nappes, etc. ; des mobiliers de toutes sortes, tapissés ou non ; des objets fabriqués ou customisés ; de nombreux, très nombreux calculs ; des plans et des illustrations grossières ; des soudures par centaines en vue de concevoir une grue-robot qui n’a d’autres fonctions que celles d’un automate dont les mouvements seraient (à mon sens) analogiques. S’ajoutent à cette liste non exhaustive une quantité faramineuse d’heures de programmations et autres travaux informatiques, ainsi qu’une grande période de prises de vues donnant des séries d’images en relief, stéréoscopiques, d’images anaglyphes et sous réseaux lenticulaires ainsi d’innombrables écrits.

Toutes les matières et matériaux utilisés (papiers, cartons, tissus, bois, métaux, PVC, etc.), à l’exception de la colle pour les décors, proviennent, au moins pour les 3/4, du recyclage. Tous ces objets de l’éphémère, voués à finir en déchetterie, ont ainsi retrouvé un second souffle, une seconde vie au travers de leur récupération.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *